L'école et la décentralisation - Preavisorg

décentralisation de l éducation nationale





L'école et la décentralisation - Preavisorg

[DOC] L'école et la décentralisation Preavis preavis formation mr Decentralisation ecole doc

Download

Décentralisation : un choix de société qui ne dit pas son nom - Udas

[DOC] Décentralisation un choix de société qui ne dit pas son nom Udasudas Decentralisation Décentralisation un choix doc

Download

Document en doc - Udas

[DOC] Document en doc Udasudas Dossiers Autres lettre aiment vraiment l'école doc

Download

Le Cadre Budgétaire

[DOC] Le Cadre Budgétaireddeeas free Le Cadre Budgétaire décentralisation doc

Download

FICHE DECENTRALISATION SNUASFP-FSU

[DOC] FICHE DECENTRALISATION SNUASFP FSU snuasfp fsu IMG decentralisation snuasfp doc

Download

Ministère de l'Education Nationale, de l'Enseignement supérieur,

[DOC] Ministère de l'Education Nationale, de l'Enseignement supérieur,documents worldbank EMoroccoPARSEMPDCPES doc

Download

Royaume du Maroc Conseil Régional de Tourisme Région Guelmim

[DOC] Royaume du Maroc Conseil Régional de Tourisme Région Guelmim portailsudmaroc amelioration de l enseignement necessite d une nouvelle ecole doc

Download

journee de stage de formation syndicale sur la decentralisation

[DOC] journee de stage de formation syndicale sur la decentralisationsudeducation IMG doc Programme journee doc

Download

Le processus de décentralisation au Burkina Faso - Resacoop

[DOC] Le processus de décentralisation au Burkina Faso Resacoop resacoop sites default files burkina doc

Download

le système éducatif français et son administration - Dispositif internet

Les directions et services du Ministère de l'Education Nationale Les grands DÉCENTRALISATION ET PLANIFICATION SCOLAIRE Le schéma&

Download
Lécole et la décentralisation Depuis les lois Deferre de .
les collectivités territoriales ont à leur charge la construction, léquipement et lentretien des locaux scolaires : les écoles pour les communes, les collèges pour les conseils généraux, les Lycées pour les régions.
Les universités restent à la charge de lEtat.
Attention, les personnels sont toujours recrutés et rémunérés par lEtat.
Le département doit aussi soccuper de laide » sociale aux enfants et les communes et les départements de lorganisation des transports scolaires sur leurs territoires.
Comment les collectivités territoriales ont-elles assumé leurs compétences ? Les régions et les départements on considérablement augmenté les crédits que lEtat a décentralisé lors du transfert des compétences.
Les régions ont, dans un premier temps, multiplié par .
les crédits pour la construction et la rénovation des lycées.
Cest cela qui justifie la bonne appréciation dans le public de la décentralisation des années .
Mais des points noirs existent : Si, dans un premier temps les crédits ont considérablement augmenté, depuis .
les régions et les départements ont diminué leurs dépenses dinvestissement de .
en euros constants.
Les besoins restent importants : rénovations, adaptation des établissements aux évolutions (pédagogie, vie scolaire), besoins en équipements (informatique, renouvellement des machines vétustes pour lenseignement technologique et professionnel), mise en conformité avec les normes de sécurité (ateliers par exemple).
Les collectivités territoriales nont pas hésité à financer des investissements pour les établissements privés, y compris au mépris de la loi Falloux.
Les collectivités territoriales ont été à linitiative de la privatisation de certains services (demi-pension, maintenance des lycées et collèges, maîtrise douvrage pour la construction).
Une partie importante des régions a développé lapprentissage au détriment des formations professionnelles et technologiques.
Les régions et les départements ont peu cherché le dialogue auprès des personnels et des usagers, laissant tomber les commissions paritaires et préférant sadresser directement aux chefs détablissements.
Enfin de nombreuses collectivités ont développé le financement dactions en dehors de leurs missions institutionnelles.
Cest le cas pour linvestissement dans les universités, le financement détudes dirigées, léquipement en ordinateurs portables pour chaque élève, ou la gratuité des manuels scolaires.
Ces actions sont porteuses de nouvelles inégalités seules les collectivités les plus riches pouvant les financer.
De plus, ces actions se font au détriment des missions institutionnelles, la diminution des crédits dinvestissement dans les lycées datant de .
Une étude du SNUipp, syndicat du premier degré affilié à la FSU, a démontré que les variations de crédits pour les écoliers allaient de .
à .
suivant les communes.
Au printemps les personnels de léducation se sont opposés à la « nouvelle étape de décentralisation » du gouvernement Raffarin.
Pour léducation, il sagissait du transfert des médecins scolaires, des assistants sociaux, des conseillers dorientations- psychologues, des personnels dentretien et ouvriers de service, et des personnels chargés de la gestion des personnels dans les rectorats, soit .
des salariés de léducation nationale.
Les personnels ont tout de suite compris quil ne sagissait pas dune simple modification institutionnelle.
Derrière ces projets, les logiques libérales sont à loeuvre : désengagement de lEtat, privatisation des services publics, volonté de gérer les conflits au plan local ou dans une logique contractuelle.
Les risques étaient : la privatisation de certains services comme lentretien, la demi-pension ou la surveillance ; lutilisation de certains personnels dautres missions (par exemple la tentation aurait été forte pour les départements de regrouper les assistants sociaux dans des antennes à lextérieur des établissements et de les « rentabiliser » sur dautres tâches, ces personnels manquant cruellement dans les départements) ; léclatement des équipes pédagogiques ne permettant dappréhender les enfants dans toutes leurs dimensions, éducative, sociale, psychologique, culturelle Ce sont ces risques, cumulés au désengagement de lEtat et à lexplosion prévue des budgets des collectivités territoriales en